Bon nombre de blancs a base de sauvignon ont cet arome de bourgeon de cassis qui standardise un tantinet trop votre cepage.

Bon nombre de blancs a base de sauvignon ont cet arome de bourgeon de cassis qui standardise un tantinet trop votre cepage.

Cela n’empeche nullement que je peux me regaler avec cette categorie de cuvee si ce n’est jamais trop sulfite.

Cependant j’ai rencontre dernierement une cuvee de chez Pascal Jolivet qui sort de votre carcan, 1 sauvignon tel on n’en retrouve nullement souvent, tres mur qui a fera voyager .

Le clos du Roy 2009 reste votre Sancerre dont le nez s’etale toute en largeur avec la poire, le litchi et des fruits d’une passion. Ils font aussi beaucoup de finesse et la delicatesse me transporte au bord d’un Mekong totalement recouvert de petales de rose et qu’une epaisse brume enlace. Une pirogue m’attend avec a le bord une personne, impenetrable, dont la tronche est completement cachee avec “un chapeau chinois”. Elle me fait signe d’embarquer et malgre bien le mystere qui entoure “ce tableau”, devant moi, je ne sais jamais pourquoi mais je succombe a l’attraction de ce grand fleuve et me laisse happer avec ce week-end par je ne sais ou . Notre bouche reste emplie, grasse, avec le volume d’un vin sudiste et une acidite qui sert de fil et qui emmene le vin sur une agreable longueur jalonnee par des chocolats et une clementine. Une enorme retro sur les petales de rose finit de me rendre dingue de votre vin . Lorsque l’on y revient, on s’apercoit que la fraicheur reste la aussi et qu’avec la belle acidite qui prend plus de place en bouche maintenant, on prend de nombreux joie en buvant ce vin. Il me rappelle aussi que l’on n’est jamais oblige de tout le temps aller chercher les aromes mais qu’on pourra juste boire sans s’arreter tellement c’est bon. Ca descend tout seul quoi . C’est la toute premiere fois que je decouvre une cuvee de Pascal Jolivet dont je n’ai entendu parle que trop rarement. C’est mon Sancerre de qualite et je mesure bien la demarche de ce vigneron au travers de une telle bouteille qui apporte une autre vision de ce que est en mesure de etre le sauvignon.

samedi 22 novembre 2014

Un nouveau de chez Foillard

Commercialement traitant, le Beaujolais nouveau reste 1 evenement beaucoup mene avec des milliers d’hectos de jus de raisin qui arrosent la France, les pays asiatiques et je ne sais nullement qui d’autre. Gustativement traitant j’habite cependant plus septique concernant une grande majorite des bouteilles qui sont plus d’infame jus que du vin, aussi si le mot nouveau pourra leur apporter deux excuses . J’ai mange a Notre cantine de mon projet hier midi et il y avait dans la table une bouteille de Beaujolais nouveau avec sur l’etiquette la tour Eiffel. Sur ma chance j’ai cru qu’un carton a destination du Japon avait ete mal aiguille . mais non c’etait Afin de nous. Alors ce gout de banane . Normalement je ne goute jamais ce genre de bouteille mais la je me suis devoile : ”allez Christian, si tu veux en parler, vous devez bien y gouter” Alors j’ai pris une gorgee et j’ai vite laisse le reste a les coloc’ de table car je pense que la dose de sulfites journaliere est deja depassee .

Hier jour j’suis quand meme passe chez Benoit, un caviste qui tient L’entre vin sur Revel et dont j’ai deja parle ici rencontre avec une mamie sucrГ©e. J’suis ressorti de chez lui avec quelques bouteilles dont un Beaujolais nouveau de chez Foillard qui etait sur la table le apri?m. A l’ouverture, le vin parait juste sortie une cuve (c’est plutot un compliment) et la bouche est dangereusement gouleyante, a tel point que je me sers deja un deuxieme verre . dans lequel le vin prend maintenant une belle place, avec un citron vert qui domine et une bouche toujours aussi avenante, a tel point que je me sers deja un troisieme verre . qui possi?de votre nez complexe et une bouche qui est completement tapissee, Afin de votre bon vin avec du fond. Je n’en exige gui?re temps libre a 1 beaujolais nouveau mais j’ai pris beaucoup de ravissement avec cette bouteille gourmande, dangereusement gourmande.

Pour conclure, si je veux avoir un gout de banane en bouche j’en mange une et si je veux un bon Beaujolais nouveau, Jean Foillard en a.

dimanche 12 octobre 2014

Coume Marie: votre sommet Catalan

les enormes aiguilles de la horloge geante planent comme une ombre au dessus de une telle bouteille. Une “horloge pressoir” qui toute les secondes ecrase nos raisins, un par un, lentement, pour en faire aller toute notre vie et la complexite, en extraire toute la quintessence. Si 1 jour je deguste a nouveau ce vin d’exception et que je n’ai les memes sensations, je pourrai dire que c’est un grand vin. A boire sur une agreable heure pour bien voir le cote vivant.

dimanche 14 septembre 2014

Lache nullement la grappe

Mes vins des vignerons de Changer l’Aude prennent une belle place dans la cave et on peut aussi decouvrir d’autres pepites audoises avec des petits jeunes tel Romain Pion ou des hauts-perches du Minervois tel cette discipline Monts & Merveilles. J’ai deguste au calme leur cuvee “Mes petits bouchons” tout dernierement. Le nez donne une belle noisette a l’ouverture et l’orange amer l’accompagne. Notre bouche oscille entre du fourchus et une belle acidite rehaussee via un cote epice. Il existe du volume et J’ai retro sur la mandarine qui titille les papilles finit de me convaincre.Un petit domaine (3.3 hectares) a decouvrir d’urgence. Sinon on peut aussi bouger de la region au milieu des vins de Fabien Jouves, Marcel Richaud, La grange aux bonnes, la petite baigneuse . enfin passez y, vous verrez bien. Moi j’y vais demain parce que j’dois aller gouter la derniere cuvee qu’Arnaud vient juste de rentrer, un 100% aramon du Domaine Poivre d’ane qui a 1 bel arome de mine de crayon il parait .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here